Guider les améliorations dans le traitement des lésions de la moelle épinière
Explorer des façons de rajuster la prise en charge de la douleur neuropathique pour améliorer la fonction motrice

Dr John Kramer

Le Dr John Kramer, coordonnateur du projet Repurposing Acute Therapies for Enhanced Recovery after Spinal Cord Injury (RATER SCI) [Réorienter les traitements aigus pour un meilleur rétablissement après une lésion de la moelle épinière], ainsi que sa collègue canadienne, la Dre Catherine Mercier, du Centre interdisciplinaire de recherche en réadaptation et intégration sociale à l'Université Laval, et des chercheurs de l'Allemagne, de l'Espagne et de la Suisse, mèneront des projets de recherche individuels dans leurs pays respectifs, dont la convergence améliorera le traitement des lésions de la moelle épinière.

Le système nerveux central (qui comprend le cerveau et la moelle épinière) contrôle la plupart des fonctions de l'esprit et du corps. Comme un ordinateur, le cerveau est l'unité centrale de traitement, et la moelle épinière est la voie, ou le canal de communication, entre le corps et le cerveau. Une lésion de la moelle épinière perturbe l'échange d'information et en entraîne souvent une reprogrammation défaillante. Les fonctions sensorielles et motrices s'en trouvent altérées, et une paralysie musculaire accompagnée d'une douleur neuropathique s'ensuit, tandis que sont créées des voies de la douleur vers le cerveau.

Sous la conduite du Dr Kramer, l'équipe réalisera un certain nombre d'études visant à évaluer l'efficacité d'interventions existantes (pharmacothérapie et réadaptation) comme moyens viables d'améliorer la fonction motrice et/ou de réduire la douleur. L'équipe du projet RATER SCI espère déterminer si les options thérapeutiques existantes pour prendre en charge la douleur neuropathique peuvent être rajustées de manière à améliorer la fonction motrice, et si les interventions de réadaptation existantes conçues pour améliorer le mouvement peuvent être réorientées pour soulager la douleur neuropathique.

Le Dr Kramer explorera l'impact de la médication administrée dès les premiers moments suivant la lésion médullaire pour traiter d'autres problèmes comme les fractures osseuses et les plaies de lit. Il cherche ainsi à déterminer l'effet des médicaments en question sur la douleur, et leur effet ou non sur différents canaux du système nerveux central. Bien qu'une prise en charge efficace de la douleur facilite la participation à la réadaptation, le Dr Kramer et son équipe chercheront à découvrir des facteurs susceptibles de nuire au rétablissement, comme une fonction musculaire réduite. 

Une étude parallèle au Canada portera sur la valeur de l'entraînement à la marche (amélioration de la démarche des patients) comme moyen de réduire la douleur. La Dre Catherine Mercier travaillera avec ses collègues à l'Université Laval pour étudier si l'atteinte du but ultime du traitement des personnes qui ont subi une lésion de la moelle épinière, soit rétablir la mobilité, est possible par l'entraînement à la marche. La chercheuse espère que cette recherche permettra de déterminer le rôle que l'exercice et l'entraînement à la marche jouent dans la réduction de la douleur chronique en prévenant ou en réduisant la douleur neuropathique.

Enfin, un autre projet de recherche sera entrepris en Espagne, avec des membres de l'équipe européenne de RATER SCI, pour évaluer les avantages de l'électrostimulation du cerveau pour améliorer la fonction de la main. 

« Les médicaments administrés à l'hôpital dans les premiers moments suivant une lésion de la moelle épinière sont importants pour assurer le confort du patient et traiter d'autres problèmes comme les fractures osseuses ou les plaies de lit, mais ils peuvent avoir des conséquences pour la suite des soins. Un des buts de notre étude est de découvrir tout effet nuisible de la prise en charge de la douleur sur le fonctionnement musculaire. »

Le Dr John Kramer est chercheur principal de l'International Collaboration on Repair Discoveries (ICORD) à l'Université de la Colombie-Britannique, et coordonnateur du projet RATER SCI d'ERA-NET.

Date de modification :