Lauréats des Prix de reconnaissance 2016 – Institut du vieillissement des IRSC

Prix Betty-Havens de l’application des connaissances dans le domaine du vieillissement de l’Institut du vieillissement des IRSC

Récipiendaire : Dre Nathalie Veillette
Université de Montréal

La Dre Nathalie Veillette est professeure agrégée à l’École de réadaptation de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal, ainsi que chercheure au Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal. Elle a également été co-chercheure dans l’équipe « Canadian Emergency Team Initiative / Initiative Canadienne de recherche des départements d'urgence (CETI-ICRU) ».

Nathalie possède une double formation en psychologie (maîtrise en neuropsychologie) et en ergothérapie, ainsi qu’un doctorat en sciences biomédicales de l’Université de Montréal. Elle a également œuvré au démarrage du programme d’ergothérapie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, où elle a travaillé pendant 6 ans.

De 1996 à 2004, sa pratique comme ergothérapeute-clinicienne a amenée Nathalie à travailler en centre hospitalier de soins aigus ainsi qu’en milieu communautaire. A travers ces expériences, elle s’est spécialisée dans la pratique de l’ergothérapie à l’urgence. Ses travaux de recherche portent principalement sur l’évaluation du statut fonctionnel des personnes âgées à l’urgence et la planification de congés hospitaliers, ainsi que sur le transfert des connaissances scientifiques en lien avec ce sujet en vue de contribuer à offrir des services de santé plus efficaces.

« Dans le cadre de mes travaux de recherche, notamment en transfert de connaissances, différents milieux cliniques m’ont approché pour les accompagner dans leurs démarches en vue d’implanter des services d’ergothérapie dans les départements d’urgence de leurs établissements. Ma conviction étant qu’il fait partie du rôle de professeur universitaire de se mettre au service de la communauté, j’ai tenté de conseiller et d’outiller ces milieux pour les amener à atteindre leurs objectifs. »
— Dre Nathalie Veillette, Université de Montréal

Prix d’excellence de nouveau chercheur en recherche sur le vieillissement de l’Institut du vieillissement des IRSC

Récipiendaire : Dr Ben Mortenson
Université de la Colombie-Britannique

Le Dr Ben Mortenson est professeur adjoint au Département d’ergologie et d’ergothérapie de l’Université de la Colombie Britannique. Il est aussi chercheur principal au Programme de recherche en réadaptation G.F. Strong et au sein de l’International Collaboration on Repair Discoveries.

Ben est un chercheur rompu aux méthodes mixtes qui cumule plus de 40 publications dans des revues savantes. Son travail est centré sur quatre populations principales : les utilisateurs de technologies d’assistance, les soignants professionnels et les aidants naturels, les personnes ayant une lésion de la moelle épinière, et les résidents de centres d’hébergement. Sa recherche porte sur quatre domaines qui se chevauchent : les technologies d’assistance, la participation sociale, la prestation de soins, et la mesure des résultats.

Les études en cours de Ben ont notamment pour but :

  1. d’évaluer les résultats de la formation sur l’utilisation d’un scooter,
  2. de déterminer les facteurs qui entravent ou facilitent la mobilité et la participation des personnes qui utilisent différents types d’aide à la mobilité,
  3. de mettre au point de nouvelles technologies pour aider les aidants naturels (familiaux), et
  4. d’explorer les expériences des personnes qui vieillissent avec une lésion de la moelle épinière en comparaison de celles qui subissent une lésion semblable plus tard dans la vie.

Prix d’excellence postdoctoral en recherche sur le vieillissement de l’Institut du vieillissement des IRSC

Récipiendaire : Dr Daniel Felsky
Hôpital Brigham and Women’s, École de médecine de Harvard

Le Dr Daniel Felsky a obtenu son diplôme de premier cycle en sciences biologiques de l’Université de Guelph en 2011. Il a travaillé à cette époque comme étudiant d’été au Centre de toxicomanie et de santé mentale de Toronto, où il a jeté les bases de la recherche qu’il allait entreprendre au cours de sa formation supérieure : l’étude des facteurs de risque génétiques de la maladie d’Alzheimer à l’aide de la neuro‑imagerie. Après avoir défendu sa thèse de doctorat en sciences médicales à l’Institut des sciences médicales de l’Université de Toronto, Daniel a accepté une bourse de recherche postdoctorale au Département de neurologie de l’Hôpital Brigham and Women’s, à l’École de médecine de Harvard, et à l’Institut Broad du MIT et de Harvard, au printemps 2016.

La recherche actuelle de Daniel consiste à mieux comprendre les facteurs génomiques et épigénomiques qui contribuent à la résilience face au vieillissement, en particulier ceux qui protègent un cerveau vieillissant des effets de la maladie d’Alzheimer. Il travaille avec des bases de données d’informations pan-omiques et de neuro‑imagerie de milliers de personnes atteintes ou non de démence pour mettre en évidence les gènes et les voies moléculaires justifiant une intervention chez les personnes à risque de maladie d’Alzheimer. Pour faciliter ses travaux, Daniel met au point et applique de nouvelles méthodes d’intégration des données, dans le but de construire des filières analytiques qui synthétisent utilement les données biologiques et cliniques.

Daniel est aussi actif dans l’enseignement de l’informatique statistique. En mars 2016, il a aidé à donner un cours de deux semaines en biostatistique (élaboré par la Dre Lori Chibnik à l’École de santé publique T.H. Chan de Harvard), à l’Institut de recherche du Kwazulu‑Natal pour la tuberculose et le VIH à Durban (Afrique du Sud).

Prix d’excellence au doctorat Anne-Martin-Matthews en recherche sur le vieillissement de l’Institut du vieillissement des IRSC

Récipiendaire : Dre Claire Godard-Sebillotte
Université McGill

La Dre Claire Godard-Sebillotte est une gériatre française spécialisée en épidémiologie. Professionnellement, son but est de devenir clinicienne‑chercheuse en gériatrie et organisation des soins de santé afin d’améliorer les soins offerts à la population vulnérable que sont les personnes âgées.

Claire est actuellement en troisième année de doctorat en médecine familiale à l’Université McGill. Ayant travaillé pendant trois ans avec des personnes atteintes de démence, elle a été témoin des difficultés à naviguer dans le système santé auxquelles font face au quotidien les patients et leurs soignants parce que les services médicaux, sociaux et communautaires sont fragmentés et non coordonnés.

La recherche de Claire porte sur l’évaluation du Plan Alzheimer mis en œuvre au Québec pour les personnes atteintes de démence, et en particulier son incidence sur l’utilisation des services de santé. Le Plan Alzheimer Québec a été implanté sans protocole expérimental, de sorte que pour assurer une évaluation valable de ses effets et prendre en compte tout biais de confusion, une analyse de différence parmi les différences avec appariement par score de propension sera utilisée. Ce sont deux méthodes puissantes pour simuler une expérience avec des données observationnelles et assurer la comparabilité des caractéristiques de départ entre les groupes d’intervention et témoin, comme dans les essais contrôlés randomisés. Les données seront extraites de la base de données administratives en santé du Québec, et les résultats aideront le ministère de la Santé de la province à décider soit d’étendre soit de modifier le Plan Alzheimer. Les résultats seront mis à la disposition d’un consortium de chercheurs canadiens et internationaux dont le but est de soulager le fardeau des patients, et des personnes qui en prennent soin, et d’offrir les meilleurs soins au plus grand nombre de patients.

Date de modification :