Tonifiez votre santé mentale

La science lève le voile sur le rôle d'activités courantes dans le mieux-être mental

3 mai 2016

La santé et le bienêtre ne se limitent pas à l'absence de maladie, et c'est aussi vrai en santé mentaleNote en bas de page 1. Il nous arrive tous d'être confrontés à des obligations et à des facteurs de stress qui nous empêchent de composer avec les difficultés de la vie et qui nuisent à notre bienêtre. Mais que pouvons-nous faire au quotidien pour notre mieux-être mental?

Bien qu'il soit tout aussi important de consacrer du temps à sa santé mentale qu'à sa santé physique, beaucoup de gens négligent de le faire. La recherche démontre que les efforts investis dans le mieux-être mental peuvent avoir des bienfaits importants sur le niveau d'énergie et de confiance, et sur l'aptitude à faire face aux difficultés de la vieNote en bas de page 2.

Il est intéressant de constater que certains des meilleurs moyens d'améliorer la santé mentale sont des activités surtout associées à la santé physique. La recherche financée par les IRSC explore plus à fond les effets autres que physiques de l'exercice, du sommeil, de l'alimentation et de la méditation.

Exercice

En général, nous savons que l'activité physique a des effets positifs, et non seulement au niveau physique. Les gens actifs sont moins susceptibles de souffrir de dépression, d'anxiété majeure et d'autres troubles mentaux que les gens sédentaires. « Plusieurs études montrent l'impact immédiat de l'exercice sur l'humeur. À long terme, l'exercice est associé à des sentiments d'autoefficacité et de contrôle, et à une réduction du stress », explique Gordon Asmundson, psychologue agréé et chercheur financé par les IRSC à l'Université de Regina.

La recherche montre que l'exercice est une intervention efficace non seulement pour notre mieux-être mental au quotidien, mais aussi pour traiter des troubles anxieux comme le trouble de stress posttraumatique (TSPT). Contrairement à la plupart des traitements, l'exercice est accessible et abordable pour la majorité des gens. Le laboratoire de M. Asmundson a récemment conclu que l'exercice est presque aussi efficace que d'autres traitements pour réduire les symptômes du TSPT.

Liens connexes

Sommeil

En plus de favoriser la somnolence, l'insomnie peut nuire à la capacité d'apprentissage et influencer le comportement et les émotions. « Nous avons toujours su intuitivement que le sommeil nous permet de bien fonctionner au quotidien. Depuis une dizaine d'années, la science abonde dans le même sens, et les impacts semblent encore pires que nous le pensions », déclare Penny Corkum, psychologue agréée et chercheuse financée par les IRSC à l'Université Dalhousie. Son laboratoire a découvert qu'une heure de sommeil de moins pendant quatre nuits consécutives nuisait à la durée d'attention, à la gestion des émotions et au rendement scolaire chez les enfants.

Mme Corkum dirige l'étude Better Nights, Better Days axée sur le sommeil des enfants, groupe particulièrement vulnérable aux effets de l'insomnie. Son équipe se sert d'un outil en ligne interactif pour rendre les interventions sur le sommeil des enfants plus accessibles aux parents qui manquent peut-être de ressources pour consulter un professionnel.

Liens connexes

Alimentation

L'alimentation joue un rôle important dans la santé mentale. Une saine alimentation peut aider à promouvoir la santé mentale et à prévenir des problèmes comme la dépression, la schizophrénie et l'Alzheimer. Dans cette optique, Karen Davison collabore avec l'Association canadienne pour la santé mentale et Les diététistes du Canada à l'intégration des connaissances issues d'une récente consultation nationale financée par les IRSC qui visait à établir des priorités de recherche sur la nutrition et la santé mentale. Une des priorités établies consistait à déterminer les besoins, les lacunes et les barrières en matière de programmes ou de services de nutrition pour les personnes souffrant de maladie mentale.

Selon Mme Davison, des habitudes alimentaires saines comme la consommation de fruits, de légumes et de céréales, un apport régulier en omégas-3 provenant du poisson et du lin, et l'ingestion de vitamine D et de calcium provenant du lait ou de substituts contribuent à une bonne santé mentale.

Liens connexes

Méditation

Il est prouvé que la méditation contribue au maintien de la santé mentale et favorise une meilleure conscience de soi, tout comme l'activité physique stimule la santé cardiovasculaire, la force musculaire et la résilience. D'ailleurs, la thérapie cognitivo-comportementale – une des interventions les plus populaires pour un large éventail de maladies mentales – a été adaptée pour inclure des exercices de méditation. Par l'autoréflexion et la relaxation, la méditation contribue à changer les pensées et les comportements négatifs.

Les exercices basés sur la pleine conscience aident ainsi à réduire le stress, y compris chez les personnes souffrant de troubles anxieux. Chercheur financé par les IRSC et directeur du Centre d'études sur les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) et les tics, Kieron O'Connor est spécialiste du traitement du TOC et des troubles connexes. Il a démontré que les exercices de méditation basés sur la pleine conscience peuvent réduire le stress et l'anxiété liés à divers troubles anxieux et au TOC.

Liens connexes

Les IRSC vous recommande de consulter un professionnel de la santé qualifié si quelqu'un que vous connaissez ou vous présentez un problème de santé mentale.

Liens connexes

Date de modification :