Regard neuf sur la douleur chez le nourrisson

La manière dont les bébés réagissent à la douleur pourrait nous éclairer sur leur développement cognitif futur

Jordana Waxman et Scarlett Halberstadt, Université York
Photo – avec la permission de l'Université York.

Voir son enfant souffrir est particulièrement difficile pour un parent. Nous savons qu'une visite chez le médecin peut être une expérience traumatisante pour un nourrisson, en particulier lorsque cette visite résulte en l'introduction d'une aiguille dans la peau pour une injection. Les parents veulent bien sûr que ce soit le moins douloureux possible. Mais que sait-on vraiment de la gestion de la douleur chez le nourrisson?  

Le traitement de la douleur chez le nourrisson en milieu clinique est un domaine relativement nouveau. Pendant la majeure partie du 20e siècle, la recherche a douté de la capacité des nourrissons à ressentir la douleur, et les nourrissons étaient couramment opérés en étant peu ou pas du tout anesthésiés. Maintenant que le vieux mythe sur l'insensibilité des nourrissons à la douleur a été dissipé, nous nous retrouvons face à un vaste champ de recherche à explorer.

Les réactions comportementales des enfants à la douleur, comme les expressions faciales et les grimaces, sont bien documentées, mais on comprend moins bien les réactions physiologiques, comme le rythme cardiaque. Jordana Waxman, étudiante au doctorat en psychologie clinique du développement, travaillera à combler cette lacune de la recherche. Elle figure parmi les étudiants récipiendaires d'une bourse d'études supérieures du Canada visant à honorer Nelson Mandela, ce qui l'aidera dans ses études à l'Université York où elle tente de comprendre comment la détresse liée à la douleur et les interactions entre nourrissons et soignants de première ligne peuvent servir de prédicteur de la santé mentale et du développement cognitif d'un enfant durant sa deuxième année de vie. Sous la direction de la Dre Rebecca Pillai Riddell, spécialiste de la douleur chez le nourrisson, Jordana étudiera la douleur chez le nourrisson suivant une approche innovatrice, non seulement en tenant compte des indicateurs comportementaux et physiologiques, mais aussi en explorant le lien entre la réaction à la douleur et la santé mentale future des nourrissons.

Bourses d'études supérieures du Canada en l'honneur de Nelson Mandela

Les IRSC et le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) ont accordé des bourses d'études supérieures du Canada à des étudiants dont les travaux cadrent avec les thèmes de recherche qui tenaient à cœur à Nelson Mandela, notamment la santé des enfants. Jordana Waxman recevra 105 000 $ sur trois ans pour poursuivre sa recherche au laboratoire OUCH (Opportunities to Understand Childhood Hurt) de l'Université York.

« Je suis très honorée et reconnaissante d'avoir été reconnue par les IRSC pour mon travail sur la santé de l'enfant, une cause chère à Nelson Mandela, qu'il a soutenu sans relâche. »

Jordana Waxman, étudiante au doctorat, Université York

Établir des normes pour la mesure de la douleur chez le nourrisson

Jordana Waxman, Université York
Photo – avec la permission de l'Université York.

Pour son mémoire de maîtrise, Jordana s'est livrée à un examen systématique des études existantes sur les réactions physiologiques à des interventions douloureuses, et s'est rendue compte qu'il n'existe actuellement pas de méthode de mesure normalisée des réactions physiologiques à la douleur chez les bébés en santé au-delà d'un an. Quel est le rythme cardiaque normal d'un nourrisson en santé subissant une intervention douloureuse? Est-ce qu'une méthode de mesure normalisée serait utile pour prédire la santé future des nourrissons au rythme cardiaque anormal?

Jordana concentrera sa recherche sur les nourrissons au moment de leur vaccination à 12, 18 et 24 mois. Dans la première partie de son étude, elle explorera les réactions des bébés à la douleur, tant au niveau comportemental que physiologique, à l'aide d'une toute nouvelle technologie assurant la correspondance des deux types de données.

Par la suite, au laboratoire OUCH, l'équipe de la chercheuse examinera les corrélations entre les données recueillies et le développement cognitif des bébés ainsi que les indicateurs généraux de leur santé mentale. Ces indicateurs comprennent la gestion des émotions négatives, le tempérament, le langage et le développement moteur à la fin de leur deuxième année de vie. L'équipe examinera simultanément comment les interactions entre les nourrissons et les soignants de première ligne peuvent servir de prédicteur de la santé mentale générale des nourrissons.

Dre Rebecca Pillai Riddell
Université York
Photo – avec la permission de Dre Rebecca Pillai Riddell.

Le laboratoire OUCH (en anglais seulement)

La Dre Rebecca Pillai Riddell, professeure agrégée à l'Université York et professeure agrégée auxiliaire à l'Université de Toronto, a fondé le laboratoire OUCH (Opportunities to Understand Childhood Hurt) à l'Université York. Inauguré en 2004, ce laboratoire de renommée internationale s'emploie à comprendre comment les soignants et les enfants interagissent dans le contexte de la douleur. Soutenue par une technologie de pointe et un effectif comptant de 20 à 25 stagiaires et une équipe multidisciplinaire de professionnels et de chercheurs, l'étude OUCH est la plus importante étude de cohorte au monde à suivre des nourrissons en santé durant des expériences douloureuses.

« Nous nous sommes fait connaître pour nos études sur les interactions parents-nourrissons dans le contexte de la douleur, et nous sommes très reconnaissants aux IRSC de leur soutien à la réalisation de ce projet. »

Dre Rebecca Pillai Riddell, Université York

Les familles de la communauté sont heureuses de participer à la recherche menée au laboratoire de la Dre Pillai Riddell. « Le personnel du laboratoire OUCH est très gentil, et je suis contente que nous ayons pu les aider », déclare Brenda Halberstadt, grand-mère de Scarlett Halberstadt, une participante à l'étude. « En général, Scarlett a été un très bon sujet, et l'expérience a été positive pour nous deux. »

En contribuant à une meilleure compréhension du lien entre la douleur chez le nourrisson et la santé mentale, cette recherche peut aider les cliniciens à détecter des problèmes de développement et à intervenir plus efficacement. Avec l'aide de la bourse d'études supérieures accordée par les IRSC à Jordana Waxman, le laboratoire OUCH poursuivra son travail afin d'améliorer la gestion de la douleur chez le nourrisson pour honorer la mémoire de Nelson Mandela.

Liens connexes

Date de modification :