Initiative Trajectoires de vie en santé (TVS) : aperçu

Contexte

Les maladies non transmissibles (MNT), comme les maladies cardiovasculaires, le diabète, les maladies respiratoires et les problèmes de santé mentale, sont responsables de 60 % des décès dans le monde. Or, leur impact se fait sentir encore davantage dans les pays ayant connu des bouleversements rapides sur le plan démographique, notamment l’urbanisation et les changements de mode de vie et de régime alimentaire. Ces bouleversements sont associés à une augmentation des MNT sur une période relativement courte (de 2 à 4 générations). D’ailleurs, plus de 80 % des décès dans les pays touchés sont liés à au moins une MNT.Footnote 1,Footnote 2 Ces données mettent en lumière une crise mondiale qui menace la santé et le bien-être, et qui impose un fardeau social et financier de plus en plus lourd à la société.

Afin de renforcer les efforts nationaux et la coopération internationale dans la lutte contre les MNT, des pays du monde entier, y compris le Canada, ont pris des engagements en vue de mettre en œuvre le Plan d’action mondial pour la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles de l’OMS.Footnote 2 Ces engagements comprennent notamment l’atteinte de cibles mondiales en matière de MNT dans le but de réaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030.Footnote 3

Plus précisément, le Plan d’action mondial pour la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles de l’OMS met en évidence les données de plus en plus accablantes sur les conséquences à long terme des expositions environnementales nocives au début du cycle de vie. Puisque de nombreux facteurs environnementaux contribuant aux mauvais résultats sont modifiables et que la recherche semble indiquer que des interventions précoces et opportunes peuvent changer les choses, il est essentiel de mettre l’accent sur la nécessité d’intervenir tout au long de la vie, c’est-à-dire avant la grossesse, pendant la grossesse et durant l’enfance.

L’approche TVS

Les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) ont tenu compte de la stratégie de l’OMS dans la conception de l’initiative Trajectoires de vie en santé (TVS). Pour ce faire, ils se sont appuyés sur le concept des origines développementales de la santé et de la maladie (ODSM), qui part du principe que des facteurs environnementaux interagiraient avec les gènes à la conception, au stade fœtal et durant la petite enfance, alors que la possibilité de modifier le développement d’une personne en intervenant sur son environnement est optimale, et que cette programmation aurait un impact sur la santé plus tard dans la vie. Ces effets – retards du développement, déficience cognitive et maladies chroniques – peuvent être observés sur plusieurs générations. De nombreux facteurs environnementaux (comme la nutrition, l’exposition aux produits chimiques ou aux substances nocives, les hormones de stress, l’obésité maternelle, le diabète et le mode de vie général) sont modifiables, ce qui signifie que les bonnes interventions peuvent produire des impacts positifs durables sur la santé.

L’initiative TVS donne aux chercheurs l’occasion de produire les données nécessaires pour définir les politiques et les programmes publics qui pourraient permettre de prévenir et de combattre les MNT. En effet, les données guideront l’élaboration de politiques et la prise de décisions nationales favorisant l’amélioration de la santé et la prévention des MNT. On s’attend à ce que cette approche, qui consiste à agir tout au long de la vie, se révèle précieuse pour lutter contre la montée des MNT dans les pays développés et en développement.

Les composantes de l’initiative TVS

L’initiative TVS est constituée de trois composantes distinctes, mais complémentaires, et est soutenue par une plateforme habilitante. Les composantes coordonnent et renforcent la capacité de recherche diversifiée et la grande quantité d’ensembles de données au Canada (équipes interdisciplinaires et registre). En outre, un groupe unique de cohortes interventionnelles internationales couplées est mis à profit pour axer l’approche puissante des ODSM sur les MNT au Canada et dans les pays les plus durement touchés.

On s’attend à ce que la collaboration donne une valeur ajoutée à l’initiative par rapport à des études réalisées de façon isolée. Plus précisément, la collaboration permettra l’analyse comparative des données recueillies et des interventions harmonisées, l’échange et la stimulation des idées de recherche, le partage d’expertise et l’évaluation des mécanismes biologiques dans différentes populations.

Partenariats

La composante internationale de l’initiative TVS est soutenue par l’entremise d’un partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et des organismes de financement : la Fondation nationale des sciences naturelles de la Chine [en anglais seulement], le Département de la biotechnologie de l’Inde [en anglais seulement] et le Conseil de recherches médicales de l’Afrique du Sud [en anglais seulement]. Sources de support financier et opérationnel, ces partenaires offrent supervision et soutien au moyen d’une structure de gouvernance commune qui permettra de coordonner et d’harmoniser les cohortes entre pays. Cette structure facilitera la supervision de l’initiative, le soutien technique (y compris la surveillance et le contrôle de qualité), l’harmonisation, l’utilisation et l’échange des données, ainsi que l’adoption de pratiques exemplaires.

Date de modification :