Maîtriser le cholestérol

Une découverte récente offre un nouvel espoir aux personnes incapables de réguler leur taux de cholestérol à l'aide des médicaments traditionnels.

22 septembre 2015

Des recherches menées par le Dr Nabil Seidah et son équipe, chercheurs financés par les IRSC, ont mené à la mise au point d'un puissant hypocholestérolémiant. Ce nouveau médicament, dont l'efficacité théorique dépasse les attentes des scientifiques, devrait bientôt entrer sur le marché au Canada.

Sommité mondiale dans son domaine, le Dr Seidah révolutionne la recherche sur l'enzyme PCSK9 et son rôle déterminant dans la régulation des récepteurs des LDL, les lipoprotéines de faible densité, communément appelées le mauvais cholestérol. En aidant le foie à éliminer le mauvais cholestérol de la circulation sanguine, le nouveau médicament entraîne une réduction spectaculaire des taux de LDL de l'ordre de 60 %, y compris chez bon nombre de patients ne réagissant pas au traitement traditionnel.

Cette percée se révèle prometteuse pour traiter les maladies cardiovasculaires, qui constituent une des principales causes de mortalité dans les pays industrialisés et qui sont associées à 1 décès sur 4 au Canada.


Dr Nabil Seidah

Entrevue audio

Transcription

Ici David Coulombe et les nouvelles des IRSC. Un nouveau type de médicaments très prometteurs pour les gens qui souffrent de cholestérol élevé pourraient bientôt faire leur apparition sur le marché. Pour en discuter avec nous, le Dr Nabil Seidah, chercheur financé par les Instituts de recherche en santé du Canada.

David : Dr Seidah, bonjour.

Dr Seidah : Bonjour.

David : Alors, dites-nous, est-ce que les problèmes de taux de cholestérol élevé sont toujours très préoccupants au Canada?

Dr Seidah : Encore plus préoccupants qu'avant.

David: Alors, les taux continuent d'être très très hauts?

Dr Seidah : Tout à fait! C'est surtout la diète qui empire, et donc ça n'aide pas.

David : Quelles sont les causes? Pourquoi le taux de cholestérol continue-t-il d'augmenter? Les gens ne mangent pas bien?

Dr Seidah : Il y a des causes de nutrition, c'est sûr. Il y a aussi des causes génétiques qui font que vous ne métabolisez pas ce cholestérol adéquatement. Il y a aussi le manque d'exercice et plein d'autres causes qui peuvent affecter le taux de cholestérol, et donc votre risque de crise cardiaque.

David : Il y a quand même de la lumière au bout du tunnel, comme on dit, parce qu'il y a une découverte importante sur laquelle vous avez travaillé qui est justement porteuse d'espoir. Alors qu'est-ce que c'est exactement, et en quoi ça peut être intéressant pour les Canadiens cette découverte?

Dr Seidah : Le grand avantage, c'est qu'il y a à peu près dix à vingt pour cent des gens qui ont des hauts taux de cholestérol et qui ne sont pas répondants aux médicaments qui s'appellent les statines. Et donc ces gens n'ont aucun choix que de faire des exercices, et ça ne diminue que de vingt pour cent leur taux de cholestérol. Ce n'est pas assez pour diminuer leur risque de crise cardiaque ou de maladies cardiovasculaires. Ce qu'on a apporté comme nouveau gène, c'est un autre mécanisme totalement et ça peut diminuer le cholestérol de soixante pour cent pour des gens qui ne répondaient pas du tout aux statines. Donc ça ouvre tout d'un coup un nouveau champ et beaucoup d'espoir aux patients qui n'avaient pas d'autres choix avant.

David : Alors c'est très prometteur?

Dr Seidah : Tout à fait et ça va être sur le marché au Canada à la fin de cette année.

David : C'est ce que je voulais savoir parce qu'il reste des étapes à franchir. Il y a eu des essais cliniques, mais ce n'est pas terminé.

Dr Seidah : Oui, ça a commencé en 2009, les essais cliniques. Il y avait à peu près cent mille personnes qui ont été injectées avec cet anticorps-là. Ça a l'air d'être extrêmement prometteur, il n'y a pas d'effets secondaires pour le moment, et déjà les premières lueurs de ce qu'on appelle « outcome » en anglais, c'est-à-dire qu'est-ce qui va arriver à ces patients. Déjà on diminue de cinquante pour cent l'incidence de crise cardiaque.

David : Alors, c'est une découverte que vous qualifieriez de très importante parce que vous travaillez dans ce domaine depuis de nombreuses années. Pour vous c'est quelque chose qui est très important?

Dr Seidah : Moi j'appelle ça révolutionnaire parce qu'on ne s'y attendait pas, numéro un, vraiment, ça a permis au monde médical de réaliser qu'on peut vivre avec un très bas taux de cholestérol très bien et qu'on peut descendre beaucoup plus bas qu'on n'a jamais espéré arriver à ces niveaux.

David: Encore une fois, la recherche nous surprend.

Dr Seidah : C'est ça la beauté, on s'amuse tout le temps et en même temps, ça aide le patient. C'est ça qui est important.

David : Dr Seidah, merci beaucoup.

Dr Seidah : Je vous remercie moi aussi.

Date de modification :