Êtes-vous plus que vos gènes?

Comment l'environnement influe sur le comportement des gènes

27 juillet 2015

Vos gènes sont uniques et définissent votre essence même. En revanche, ils ne suffisent pas à dresser un tableau complet. Vous êtes-vous déjà demandé l'effet que des expériences vécues à l'enfance pourraient avoir sur votre santé à long terme? Ou encore, pourquoi les cellules cardiaques sont-elles différentes de celles du foie même si elles contiennent exactement le même code génétique? L'épigénétique vise à répondre à ces questions et à bien d'autres. Venez entendre le Dr Éric Marcotte, directeur associé de l'Institut de génétique et de l'Institut des neurosciences, de la santé mentale et des toxicomanies des IRSC, expliquer comment ce fascinant domaine de recherche pourrait contribuer à révolutionner notre conception de la santé.


Dr Éric Marcotte

Entrevue audio

Transcription

Ici David Coulombe et les nouvelles des IRSC.

Lorsque l'on regarde la définition de l'épigénétique sur Internet, on apprend qu'elle est l'étude des changements de l'activité des gènes en l'absence de modifications de la séquence d'ADN et pouvant être transmis lors des divisions cellulaires.

Pour tenter d'y voir plus clair et de bien comprendre l'épigénétique, mon invité aujourd'hui est le docteur Éric Marcotte qui est directeur adjoint pour les instituts de Génétique et Neurosciences, santé mentale et toxicomanies des Instituts de recherche en santé du Canada.

David Coulombe : Dr Marcotte, bonjour.

Dr Éric Marcotte : Merci David.

DC : La première question peut être : nous connaissons tous la génétique, mais un peu moins, en fait beaucoup moins l'épigénétique. Qu'est-ce que c'est exactement?

ÉM : Quand on parle de génétique, nous avons tendance à la décrire comme un plan de construction ou comme des blocs fondamentaux de la vie, mais comment allons-nous, à partir de ce modèle, arriver à l'actuelle construction d'un être vivant? Qu'est-ce qui fournit le manuel d'instructions si tu veux assembler tous ces blocs? Ceci est où l'épigénétique entre en jeu.

Littéralement, elle signifie tout ce qui est autour et au-dessus de la génétique, mais plus concrètement, l'épigénétique signifie tous les processus de toutes les choses qui contrôlent l'expression des gènes. Un bon exemple est que c'est la vérité que chaque cellule du corps a le même ADN, mais une cellule cardiaque est très différente d'une cellule du cerveau ou d'une cellule du rein. La raison pour cela est que les différentes instructions épigénétiques au cours du développement a fait chaque type de cellule descendre un chemin différent. Quand même, l'épigénétique est plus que la simple construction du corps, c'est également la façon dont nous répondons à des choses qui nous arrivent surtout au début de la vie qui peut diriger des changements à long terme sur notre santé et nos risques de maladies.

DC : Quel est l'impact de l'environnement sur la santé des gens et pouvez-vous nous donner des exemples?

ÉM : Notre ADN ne change pas dans la vie, c'est vraiment les programmes d'épigénétique qui peuvent être influencés par l'environnement. Plusieurs de ces changements peuvent être de très longue durée. Il y a des exemples où une seule exposition à un certain produit chimique, toxique par exemple, peut être détecté sur les programmes épigénétiques tout au long de la vie. Bien sûr, l'environnement n'est pas juste l'environnement physique, de la façon que nous sommes arrivés, qu'est-ce qu'on mange, la quantité d'exercice que nous obtenons, ce sont tous des influences environnementales qui auront un impact. Il y a même des programmes épigénétiques qui semblent être hérités, donc ces expositions environnementales précédentes pourraient également être transmises entre générations.

DC : Dites-nous pourquoi ce domaine de recherche est si important au niveau de l'impact sur les patients?

ÉM : Je pense que quand on parle d'être programmés pour certaines maladies, c'est vraiment une combinaison de gènes que nous avons hérités et des changements épigénétiques provoqués par l'environnement que nous avons rencontré dans notre vie. Ensemble, cela peut vous mettre en place pour être plus susceptibles de développer certaines maladies. C'est le cas pour ce que nous appelons les maladies communes ou chroniques, comme les maladies cardiaques, le diabète, les maladies mentales, l'Alzheimer et même certains cancers. Ces maladies ne sont pas généralement contrôlées par des gènes uniques, mais elles sont plutôt influencées par un grand groupe de facteurs incluant l'épigénétique.

DC : Pouvez-vous nous expliquer quelles sont les percées dans ce domaine et à quoi on peut s'attendre dans les prochaines années?

ÉM : Je pense que le cancer est un domaine où l'épigénétique a déjà conduit de nouveaux traitements. Il y a plusieurs médicaments épigénétiques sur le marché déjà et il y en a beaucoup plus en développement. Un point clé ici je pense, c'est que l'épigénétique peut non seulement être un facteur prédictif pour le développement de maladies, mais peuvent être aussi très utiles pour comprendre les différences aux réponses de traitements. C'est certainement très important pour le cancer où est que toujours il y a des personnes qui répondent mieux à certains traitements que d'autres, mais c'est aussi quelque chose que nous voyons souvent dans les nombreuses maladies complexes comme l'inflammation, comme les douleurs chroniques et les diverses affections neuropsychiatres. Sur ce dernier point, la santé mentale est un domaine où nous avons vu de certains nombres de conclusions importantes de recherche par des Canadiens au cours des dernières années, en particulier je pense au suicide par exemple. Il y a aussi beaucoup de recherches publiées dans les domaines de développement neurologique comme l'autisme qui est une condition connexée. J'ai aussi vu quelques études récentes sur les maladies neurodégénératives comme l'Alzheimer, en collaboration avec d'autres groupes internationaux. Je pense que pour conclure, c'est vraiment un moment passionnant pour la recherche, avec le potentiel pour des découvertes majeures à venir et avec le Canada vraiment à la pointe.

DC : Un gros merci docteur Marcotte.

ÉM : Merci.

Date de modification :