Le rôle des plaquettes dans la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde touche environ 1 % des Canadiens.

Récipiendaire d'une subvention du volet Fondation des IRSC

Éric Boilard, Ph.D.
Département de microbiologie-infectiologie et immunologie
Faculté de médecine
Université Laval et Centre de recherche du CHU de Québec
Québec

Recherches

Les recherches d'Éric Boilard ont profondément transformé notre compréhension de l'influence des plaquettes sur notre santé. Ces cellules sanguines sont surtout connues pour leur rôle dans le processus de coagulation déclenché à la suite de lésions vasculaires. Or, récemment, des chercheurs ont découvert qu'elles contribuent aussi au fonctionnement du système immunitaire. C'est en étudiant cette fonction des plaquettes qu'Éric Boilard et son équipe ont fait des découvertes révolutionnaires sur la contribution de ces cellules à l'évolution de la polyarthrite rhumatoïde, maladie auto-immune.

En 2010, une étude de M. Boilard a montré que des microparticules issues des plaquettes se trouvaient en concentration élevée dans le liquide synovial de personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde, où elles amplifiaient l'inflammation qui caractérise cette maladie. Son équipe et lui ont aussi constaté que ces microparticules avaient la capacité de pénétrer les articulations arthritiques par des interstices microscopiques que les plaquettes contribuent à créer. Grâce à la subvention du volet Fondation des IRSC, M. Boilard pourra poursuivre ses travaux sur le rôle des plaquettes dans la polyarthrite rhumatoïde et explorer de nouveaux traitements pour cette maladie et d'autres maladies auto-immunes.

Apprenez-en plus sur les travaux d'Éric Boilard.

Soutenir la recherche sur la polyarthrite rhumatoïde

L'inflammation joue un rôle dans des maladies aussi diversifiées que la polyarthrite rhumatoïde, l'asthme et les maladies cardiovasculaires. De nombreuses équipes étudient comment les cellules immunitaires à proprement parler (comme les globules blancs) interviennent dans le processus inflammatoire. L'équipe de M. Boilard est toutefois l'une des seules à s'intéresser au rôle des plaquettes à cet égard. Ses recherches pourraient avoir une incidence considérable sur la mise au point de nouveaux traitements pour les maladies inflammatoires et de nouvelles stratégies pour prévenir les effets indésirables des transfusions de plaquettes. La plupart des traitements actuels ciblent les cellules du système immunitaire, mais ils suppriment par le fait même l'immunité du patient. Les nouveaux traitements ciblant les plaquettes pourraient soulager les patients sans augmenter leur vulnérabilité aux infections. En outre, en améliorant notre compréhension de la contribution des plaquettes à l'inflammation, les recherches de M. Boilard pourraient mener à une amélioration du suivi de la progression des maladies inflammatoires et du dépistage des personnes à risque de développer des formes graves de maladies inflammatoires.

« "L'essentiel est invisible pour les yeux", nous disait Saint-Exupéry dans Le Petit Prince. Conformément à ce raisonnement, ma subvention du volet Fondation me permettra d'explorer le rôle des plaquettes et de leurs microparticules dans la maladie. Je pourrai ainsi mettre en lumière de nouvelles cibles pour la mise au point de traitements de maladies comme la polyarthrite rhumatoïde n'ayant que très peu d'impact, sinon aucun, sur le système immunitaire. » – Éric Boilard, Ph.D.

Le chercheur

Éric Boilard détient un doctorat en microbiologie-immunologie de l'Université Laval. Grâce à des bourses postdoctorales, il a mené des recherches à l'Université Nice Sophia Antipolis et à l'École de médecine de l'Université Harvard. Devenu nouveau chercheur des IRSC en 2010, il a été récompensé par l'Assemblée nationale du Québec pour son leadership en recherche, et il a reçu le titre de lauréat Science et recherche Le Soleil/Radio-Canada en 2011 et en 2014.

Date de modification :