Une meilleure façon de diagnostiquer le VIH

15 juillet 2015

La phase la plus dangereuse de l'infection à VIH est la « phase aiguë », soit les deux premiers mois après l'infection. Au cours de cette période, le virus est particulièrement actif et n'attend que la chance de se propager à une autre personne. En fait, on estime que plus de la moitié des nouvelles infections surviennent au cours de cette période initiale.

Pire encore, le dépistage traditionnel du VIH peut donner des résultats erronés au cours de cette phase aiguë parce qu'il repose sur la recherche d'anticorps – une protéine produite par le système immunitaire. Cependant, il faut des semaines avant que ces anticorps apparaissent, si bien qu'une personne infectée peut parfois recevoir un résultat faux négatif et continuer de penser qu'elle n'est pas infectée. Elle se sent bien, ne se doute de rien, mais le virus continue de se propager.

Des chercheurs de la Colombie-Britannique, sous la direction des Drs Michael Rekart et Mark Gilbert, ont adopté et étudié une nouvelle façon de diagnostiquer le VIH au cours de la phase aiguë.

Le nouveau test est le TAAN, pour « test d'amplification de l'acide nucléique ». Plutôt que de rechercher des anticorps, on recherche l'ADN viral qui, lui, est présent dès l'instant qu'une personne est infectée.

L'étude a porté sur les hommes homosexuels du centre-ville de Vancouver, la population au sein de laquelle le nombre de nouvelles infections à VIH est le plus élevé chaque année en Colombie-Britannique.

Les résultats ont été remarquables. Au cours de l'étude, le TAAN a permis de diagnostiquer le VIH chez 25 hommes qui, autrement, auraient reçu un résultat faux négatif. Selon les chercheurs, 25 autres infections ont ainsi été prévenues, ce qui s'est traduit par des économies d'environ 14 millions de dollars pour la province.

En même temps, les chercheurs ont collaboré à une campagne de sensibilisation du public avec des groupes communautaires locaux, campagne ciblant d'abord les hommes homosexuels du secteur Downtown Eastside de Vancouver. Le thème de la campagne, HIV: Hottest at the Start (Le VIH, c'est plus fort au début), était une allusion au fait que la relation est plus « forte » quand deux personnes viennent de se rencontrer, comme le VIH est plus « fort » quand une personne est nouvellement infectée.

La réponse de la communauté gaie a été très positive. « Les gens sont maintenant beaucoup plus sensibilisés au fait que l'infection se transmet d'autant plus facilement qu'elle est nouvelle. Et ils savent aussi que nous avons un test à nos cliniques qui permet un diagnostic précoce », a dit le Dr Rekart. « L'autre chose que nous avons confirmée, c'est que lorsque les gens savent qu'ils ont le VIH, ils modifient eux-mêmes leur comportement. Autrement dit, ils ne veulent pas infecter d'autres personnes. Donc, seulement leur dire qu'ils sont infectés par le VIH change leur comportement dans de nombreux cas. Lorsque l'infection est diagnostiquée, le comportement à risque diminue de 50 %. »

À la suite de ces travaux, il est prévu d'étendre le test à un plus grand nombre de cliniques dans l'espoir qu'il deviendra un jour le test diagnostique standard. « Un test comme celui-ci devient très rentable lorsqu'il est utilisé dans une clinique où l'on est fort susceptible de dépister des infections aiguës », a ajouté le Dr Rekart. « Il s'agit avant tout des cliniques où sont traitées des populations ayant des taux élevés de VIH, notamment les cliniques où on soigne des hommes homosexuels. »

Les chercheurs ont calculé qu'une infection à VIH additionnelle est prévenue chaque fois que leur test permet de diagnostiquer l'infection chez une personne – il s'agit d'une estimation prudente, et le nombre pourrait être plus grand en réalité. Chaque diagnostic permet également au système de santé d'épargner environ un demi-million de dollars par personne, bien que cette somme puisse dépendre de la province et de l'âge du patient.

Et surtout, ces diagnostics préviennent la souffrance humaine et améliorent les chances de survie des patients.

Date de modification :