Discours du Président : Rassemblement annuel de Voies de l'équité

23 mars 2015

Ottawa (Ontario)

Merci de votre aimable présentation, Malcolm.

J'aimerais aussi remercier le gardien du savoir, Tim Yearington, pour ses paroles de bénédiction. Permettez-moi également de reconnaître le peuple algonquin, sur le territoire ancestral duquel nous sommes assemblés aujourd'hui.

Nous inaugurons ce soir le premier rassemblement annuel de l'initiative Voies de l'équité en santé pour les Autochtones, lancée il y a maintenant bientôt trois ans. C'est une occasion unique pour l'ensemble des partenaires et des communautés autochtones du Canada de prendre acte des premiers jalons de ce nouveau modèle de création et de transfert des connaissances. Nous sommes ici pour vous entendre.

Au cours des prochains jours, chercheurs, partenaires, membres de communautés autochtones et autres intervenants se réuniront pour réfléchir aux efforts accomplis jusqu'ici grâce à cette initiative phare – et aux défis à venir.

Ce rassemblement nous offre la chance de travailler en vue d'un partenariat unique qui fait avancer notre désir collectif d'améliorer la santé et le bien-être des peuples autochtones au Canada.

À titre de président de l'organisme du gouvernement du Canada chargé d'investir dans la recherche en santé, je peux affirmer que les IRSC sont fermement résolus à remédier au fardeau disproportionné auquel fait face la population autochtone du Canada en matière de santé.

Voilà pourquoi nous avons fait de la santé et du bien-être des familles et des communautés autochtones l'une des quatre priorités de recherche dans le nouveau plan stratégique des IRSC, publié il y a quelques semaines seulement.

Dans ce plan, nous proposons d'accroître l'impact de nos investissements stratégiques, en nous assurant qu'ils répondent à des objectifs bien définis et qu'ils permettent de s'attaquer à des questions de santé pressantes par des approches interinstituts et multidisciplinaires à grande échelle. Résultat de cette nouvelle orientation, la recherche qui vise à améliorer l'équité en santé pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis aura sa place au sein de tous les instituts des IRSC, et non seulement dans le giron de l'Institut de la santé des Autochtones.

L'initiative des Voies de l'équité s'appuie déjà sur ce modèle : elle a vu le jour grâce aux investissements de plusieurs instituts des IRSC. Elle repose aussi sur la participation de partenaires et de communautés autochtones dans tout le Canada.

Les Voies de l'équité représentent un investissement de 25 millions de dollars sur dix ans. Cette initiative a pour but de soutenir une recherche interventionnelle de haut calibre dans quatre grands domaines : 1- l'obésité et le diabète, 2- la santé buccodentaire, 3- la tuberculose et 4- la prévention du suicide.

Ces domaines de recherche ne seront d'aucune façon explorés en vases clos. Au contraire, notre intention est d'encourager les approches intersectorielles afin de favoriser l'apprentissage interdisciplinaire entre ces divers domaines de recherche.

Comme vous le savez, les IRSC ont lancé divers programmes dans le cadre des Voies de l'équité, qui sont tous représentés ici. Les titulaires de chaires de recherche appliquée en santé publique, les spécialistes de la recherche interventionnelle en santé des populations, les partenaires pour l'engagement et l'échange des connaissances, et les équipes de recherche sur la mise en œuvre aideront à tracer la voie vers une meilleure santé et une plus grande équité en santé pour les peuples autochtones du Canada.

Nous convenons tous que le succès des Voies de l'équité – comme celui d'autres initiatives de recherche en santé autochtone – dépendra en définitive de notre capacité de faire augmenter le nombre de chercheurs issus des Premières Nations et des populations inuites et métisses. En effet, ces chercheurs sont le mieux placés pour comprendre les problèmes de santé de leurs communautés et pour s'y attaquer.

Ceci étant dit, il ne faudrait surtout pas reléguer la relève autochtone seulement aux problèmes qui sont propres à leurs communautés. Nous nous devons en effet de former une relève autochtone de qualité dans tous les secteurs de la recherche en santé, car ce sont tous les secteurs qui sont susceptibles de bénéficier du riche héritage culturel qu'ils apportent.

Pour réaliser cet engagement, les IRSC et leur Institut de la santé des Autochtones s'apprêtent à lancer le Programme de réseaux de mentorat autochtone. Ce programme appuiera les activités de mentorat de chercheurs établis et de membres des communautés. Les activités aideront les étudiants autochtones canadiens et les nouveaux chercheurs à devenir des chefs de file dans leurs domaines respectifs par le réseautage et le renforcement des connaissances.

Il est aussi crucial que les initiatives de recherche en santé autochtone s'inscrivent dans le contexte international et bénéficient du savoir et de la pratique d'autres communautés autochtones dans le monde.

C'est pourquoi des éléments des Voies de l'équité font partie d'une entente trilatérale avec le National Health and Medical Research Council de l'Australie et le Health Research Council de la Nouvelle-Zélande, en appui à la recherche visant l'amélioration de la santé des peuples autochtones. De même, le volet prévention du suicide des Voies de l'équité se rattache à l'une des initiatives commanditées par le Canada sous les auspices du Conseil de l'Arctique.

Les résultats de cette initiative, qui a pour but d'étendre les interventions et les programmes destinés à réduire les inégalités en santé pour les Autochtones, seront rendus publics au Symposium circumpolaire sur le bien-être mental, qui s'ouvrira à Iqaluit dans deux jours.

Le Symposium circumpolaire sur le bien-être mental est organisé par le Conseil de l'Arctique, forum regroupant huit pays qui collaborent au développement durable et à la protection de l'environnement dans l'Arctique. Le Canada dirige actuellement ce conseil, présidé par l'honorable Leona Aglukkaq.

Des chercheurs, des jeunes Autochtones et des responsables des politiques participeront à ce symposium. Ils discuteront des travaux réalisés par deux équipes internationales de recherche financées dans le cadre des Voies de l'équité, sur le thème des interventions de prévention du suicide en région circumpolaire. Ensemble, nous examinerons le bien-fondé de ces interventions, puis nous déterminerons la marche à suivre pour assurer leur mise en application, là où il convient de le faire.

Je crois que la recherche en santé autochtone connaît une évolution favorable.

Nous délaissons les processus unidirectionnels où les chercheurs produisaient des données probantes et les transféraient ensuite aux praticiens chargés de les mettre en pratique, pour nous tourner plutôt vers une approche collaborative, fondée sur l'engagement d'une vaste gamme de partenaires et d'intervenants, et centrée sur le renforcement des capacités à l'intérieur des communautés.

Alors que nous continuons de soutenir la recherche en santé autochtone, il est crucial pour nous de travailler de concert dans tous les secteurs de la santé et en partenariat avec les communautés autochtones. En étant à l'écoute les uns des autres et en respectant les systèmes de connaissances autochtones, nous atteindrons le but universel que représente l'équité en santé pour les Premières Nations, les Inuits et les Métis.

Je vous souhaite bonne chance dans vos discussions des prochains jours sur les quatre domaines de recherche prioritaires des Voies de l'équité. J'espère que ces échanges constitueront une étape importante en vue d'atteindre notre but commun.

Merci.

Date de modification :