Discours du président : Annonce des réseaux émergents de l'ISCR

Prononcé à l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa
24 février 2014

Merci de votre présentation Dr Stewart.

Et merci à vous, ministre Ambrose, d'être parmi nous aujourd'hui et de réaffirmer l'importance de la recherche et de l'innovation dans la création d'une approche de prestation des soins et des services de santé fondée sur des données probantes pour le Canada.

Les réseaux de recherche que vous venez d'annoncer illustrent bien le genre de mesures prises par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) pour mettre à contribution nos plus brillants chercheurs en santé dans la résolution des problèmes et des défis réels de notre système de santé.

Ces réseaux regroupent une vaste coalition nationale de partenaires résolus à faire en sorte que les priorités et la pertinence du programme de recherche soient déterminées par les patients, puisque ce programme vise d'abord et avant tout à améliorer leur vie et leur santé.

Par la réalisation de découvertes en laboratoire et l'acquisition de connaissances auprès des patients, ces réseaux permettront d'améliorer la qualité, la rentabilité et la viabilité à long terme du système de santé, ainsi que les résultats cliniques des Canadiens.

Permettez-moi de vous dire quelques mots sur chacun de ces réseaux.

Avec à sa tête le Dr Shawn Aaron de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa, le Réseau canadien de recherche en santé respiratoire a pour but de mieux comprendre les causes et la progression des maladies pulmonaires chroniques au Canada.

On oublie souvent que ces maladies, telles les maladies pulmonaires obstructives chroniques et l'asthme, touchent près de 15 % de la population canadienne et exercent une pression énorme sur notre système de santé.

La programmation de recherche du réseau est axée sur le développement d'approches novatrices pour la prévention, le diagnostic et le traitement des maladies pulmonaires chroniques au Canada.

De son côté, le Réseau canadien de recherche en prévention des accidents cérébo-vasculaires, dirigé par le Dr Jeff Healey de l'Université McMaster, vise à mettre en place des stratégies concrètes de recrutement, formation, et soutien en poste de chercheurs-cliniciens dans ce domaine, et à développer de nouvelles approches pour réduire l'incidence des embolies cérébrales au Canada.

Il y a enfin le Réseau canadien de recherche en santé vasculaire, sous la direction du Dr Duncan Stewart, directeur général de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa (IRHO) et notre maître de cérémonie pour l'événement d'aujourd'hui.

Les maladies découlant des dommages au système vasculaire ont un impact colossal : elles affligent plus de 3,7 millions de Canadiens et coûtent plus de 30 milliards de dollars par année au système de santé.    

Ce réseau représente la première initiative canadienne à grande échelle visant à réunir des chercheurs de diverses disciplines pour combattre tout un éventail d'affections chroniques aux effets dévastateurs causées par des maladies des petits vaisseaux sanguins. Ces affections couvrent la démence, les maladies du cœur, les accidents vasculaires cérébraux, les maladies du rein et la dégénérescence maculaire.

Pour compléter mon allocution, je me dois de remercier la Ministre pour son soutien à la recherche en santé au Canada.

Madame la Ministre, les investissements du gouvernement du Canada dans les IRSC et leurs priorités, comme la Stratégie de recherche axée sur le patient, représentent un effort louable et témoignent de votre engagement personnel à améliorer les résultats cliniques des patients de tout le pays.

Permettez-moi de conclure en offrant mes félicitations et mes meilleurs voeux de succès aux chercheurs qui, partout au Canada, contribuent à ces trois réseaux. Je suis impatient de suivre vos progrès au cours des mois et des années à venir.  

Merci!

Date de modification :