Comprendre le cerveau et ses maladies : liste de revues Cochrane

Retour à l'article : La nature complexe du cerveau

Le cerveau cumule de nombreuses fonctions, ce qui en fait l'organe le plus complexe et le plus puissant du corps humain. Au cours des dix prochaines années, des chercheurs de partout dans le monde s'emploieront à comprendre le cerveau et à mettre au point des traitements pour diverses maladies et affections qui le touchent, depuis le bégaiement et les troubles du sommeil jusqu'à la maladie d'Alzheimer, en passant par la paralysie et les lésions cérébrales traumatiques.

Nous pouvons nous attendre à des approches et à des percées innovatrices qui révolutionneront notre façon de voir ces maladies et de prendre soin de notre cerveau.

Il est important que nous ayons accès à de l'information qui nous permettra de nous tenir au courant des avancées dans ce domaine de recherche. Une excellente source d'information à ce sujet est La Bibliothèque Cochrane, qui comprend plus de 5 300 revues issues d'une synthèse systématique de toutes les données probantes sur une question de recherche en santé particulière. Quelques exemples de revues Cochrane portant sur des faits nouveaux dans la recherche sur le cerveau sont donnés ci-après :

  1. L'entraînement sur tapis roulant pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

    Les personnes atteintes de la maladie de Parkinson, un trouble dégénératif et invalidant, sont susceptibles d'avoir des tremblements et d'être instables dans leurs mouvements. Une revue Cochrane (en anglais seulementl) suggère que ces personnes peuvent améliorer leur démarche déficiente en s'entraînant sur tapis roulant. Elles peuvent notamment parvenir à marcher plus rapidement et à allonger le pas. Cependant, on ne sait pas combien de temps dureront ces améliorations après entraînement sur tapis roulant.

  2. La mélatonine pour prévenir et traiter le décalage horaire

    Le décalage horaire entraîne une privation de sommeil qui se produit lorsqu'une personne traverse différents fuseaux horaires. Les symptômes comprennent de la fatigue diurne et la perturbation du sommeil, une perte d'efficacité mentale, une sensation de faiblesse et de l'irritabilité. Selon une revue Cochrane (en anglais seulementl), l'hormone mélatonine, qui est libérée quand il fait noir, joue un rôle important dans la régulation des rythmes circadiens de l'organisme et a été utilisée pour traiter la perturbation des cycles de sommeil. La mélatonine est remarquablement efficace pour prévenir ou réduire le décalage horaire, et une utilisation occasionnelle et de courte durée chez les adultes semble sans danger.

  3. Le casque pour prévenir les traumatismes crâniens chez les cyclistes

    Selon une revue Cochrane (en anglais seulementl), le port du casque réduit le risque de traumatisme crânien de 85 %, celui de lésion cérébrale, de 88 %, et celui de lésion cérébrale grave, d'au moins 75 %. L'effet protecteur du casque est de 65 % pour le haut et le milieu du visage. Par contre, le casque ne protège pas le bas du visage ni la mâchoire. Il réduit les blessures au visage et à la tête chez les cyclistes qui sont victimes de n'importe quelle sorte de collision, y compris avec des véhicules à moteur.

  4. La psychothérapie pour l'état de stress post traumatique chez les enfants et les adolescents

    L'état de stress post-traumatique (ESPT) correspond à l'apparition de symptômes caractéristiques après l'exposition à un événement traumatique, faisant en sorte que la personne revit le traumatisme ou évite tout stimulus y étant associé. Une revue Cochrane (en anglais seulementl) démontre l'efficacité de la psychothérapie, et en particulier de la thérapie cognitivo-comportementale (TCC), pour le traitement de l'ESPT chez les enfants et les adolescents. La TCC s'attaque aux formes de pensées négatives et fausses qui sont associées au traumatisme pour aider la personne à acquérir une cognition et des comportements plus adaptatifs.

  5. La musicothérapie pour les lésions cérébrales acquises

    Les lésions cérébrales acquises peuvent entraîner des déficiences de la fonction motrice, de la parole, de la cognition et du traitement sensoriel, de même que des troubles affectifs. La musicothérapie a été utilisée en milieu de réadaptation pour stimuler ces fonctions cérébrales. Une revue Cochrane (en anglais seulementl) donne à penser que la stimulation rythmique auditive (SRA) peut être utile pour améliorer la vitesse de marche, l'allure, de même que la longueur et la symétrie des pas chez les personnes qui ont fait un AVC. Selon plusieurs essais non contrôlés réalisés à petite échelle, la SRA pour améliorer la démarche donne des résultats impressionnants.

Date de modification :