La pathologie vasculaire dans la maladie d'Alzheimer

Retour au dossier : La nature complexe du cerveau

Qui? La Dre Edith Hamel est professeure au département de neurologie et neurochirurgie de la Faculté de médecine de l'Université McGill. Elle dirige le laboratoire de recherches cérébrovasculaires à l'Institut neurologique de Montréal (le Neuro).

Quel est le problème à l'étude?
La maladie d'Alzheimer (MA) affecte un nombre croissant d'individus dans notre société vieillissante, et nous avons actuellement très peu à offrir. La majeure partie des patients atteints de la MA manifestent, en plus des troubles de mémoire, une pathologie cérébrovasculaire. Celle-ci mène graduellement à une perfusion cérébrale amoindrie, et à un apport diminué d'oxygène et de nutriments vers les neurones responsables de nos activités de chaque instant. Les maladies cardiovasculaires constituent, avec le vieillissement, les plus grands facteurs de risque pour développer la MA à un âge avancé. De plus en plus d'évidences suggèrent l'importance de traiter les facteurs de risque de la MA le plus tôt possible afin de retarder l'apparition de la maladie, même de quelques années, ce qui aurait un impact majeur sur l'espérance et la qualité de vie des patients.

Quelle est la recherche?
Grâce au financement des IRSC, nous poursuivons nos recherches sur l'effet protecteur de certains médicaments utilisés pour traiter l'hypercholestérolémie ou l'hypertension tant sur les déficits cérébrovasculaires que sur les troubles de mémoire chez des souris transgéniques utilisées comme modèle animal de la MA. Certains composés ont un effet bénéfique sur la mémoire qui est limité dans le temps, ce qui suggère une fenêtre thérapeutique où les circuits neuronaux impliqués dans la mémoire ont encore la capacité de récupérer leur fonction. Nos recherches visent à comprendre les mécanismes cellulaires et moléculaires qui font que des médicaments conçus pour traiter les maladies cardiovasculaires préservent la circulation cérébrale et les fonctions neuronales indispensables à la formation de la mémoire.

Quel est l'impact?
Nos travaux devraient aider à mieux cibler les opportunités thérapeutiques pour les patients les plus à risque de développer la MA lors du vieillissement. Particulièrement, nos travaux devraient permettre d'identifier des classes de molécules qui offrent un effet protecteur, de comprendre comment ces effets surviennent et, aussi, pourquoi certains médicaments ont une fenêtre thérapeutique bien délimitée dans le temps. Nous espérons mettre en évidence de nouvelles voies thérapeutiques afin de protéger les populations à risque de développer la MA.

Date de modification :