Directrice scientifique de l'ISFH : Dre Cara Tannenbaum

En tant que médecin-chercheuse, c'est pour moi un privilège et un honneur de diriger l'Institut de la santé des femmes et des hommes des Instituts de recherche en santé du Canada (ISFH des IRSC). Le traitement des patients permet de saisir de façon bien concrète que l'excellence en recherche mène à une meilleure santé pour les femmes, les hommes, les filles, les garçons et les personnes de divers genres. Chaque jour, je ne peux que constater la nécessité, pour améliorer davantage la santé de la population, de disposer de davantage de traitements, de promouvoir les avancées scientifiques et d'appliquer efficacement les connaissances afin de rehausser la qualité des politiques et des services de santé.  

En m'inspirant de l'œuvre des deux premières directrices scientifiques de l'Institut, Miriam Stewart et Joy Johnson, je m'engage à défendre avec ardeur les principes de l'analyse comparative selon le sexe et le genre. Pour ce faire, je compte m'associer à des personnes et à des organisations aux vues similaires dans le but de promouvoir l'innovation, et favoriser l'intégration des notions de sexe et de genre aux quatre thèmes de recherche des IRSC pour améliorer la santé des femmes et des hommes tout au long de leur vie. 

J'ai la ferme conviction que l'amélioration de la santé des Canadiens passe d'abord par de meilleures recherches. Il faut en effet se demander pourquoi la maladie se manifeste différemment selon notre sexe et en quoi le sexe et le genre influent sur notre réaction aux traitements, en plus de se pencher sur l'incidence du sexe dans les expériences pharmacologiques et les sciences fondamentales. Ce travail sera très utile puisqu'il contribuera à la découverte scientifique. Lorsqu'on ne tient pas compte des questions de sexe et de genre dans la conception, l'analyse, le compte rendu et la mise en œuvre des études de recherche, on ne peut pas tirer pleinement parti des innovations potentielles. Ce principe s'applique à la majorité des cellules et des tissus, ainsi qu'à la recherche sur les animaux. Il s'applique tout autant aux interactions sexe-médicament-gène en pharmacologie. La question du genre est des plus pertinentes dans les domaines suivants : comportements par rapport à la santé, accès aux soins de santé, autoprise en charge des maladies chroniques, consommation de drogues à usage récréatif, utilisation de médicaments sur ordonnance, prestation de soins, stress au travail, ainsi que santé sexuelle, sociale et mentale.

Ce qui changera réellement la donne dans les années à venir sera la diffusion en ligne d'une formation sur l'intégration du sexe et du genre dans la recherche en santé, formation qui sera adaptée aux besoins des scientifiques dans différents domaines de recherche. Le fait de mieux comprendre comment le sexe et le genre influent sur les mécanismes biologiques et sociaux, et de donner aux scientifiques et aux pairs évaluateurs les outils nécessaires pour intégrer la notion du sexe et du genre aux paradigmes actuels, aura une grande incidence. La Stratégie 2017 présente notre plan pour la réalisation des objectifs de l'ISFH en matière d'innovation, d'intégration et d'impact.

J'invite tous les intervenants et les chercheurs des IRSC à se joindre à moi afin de transformer le milieu de la recherche en santé par l'intégration de la notion du sexe et du genre. En unissant nos efforts, nous réussirons à changer les choses, autant sur le plan national qu'international. J'ai hâte d'échanger avec vous afin de mieux connaître vos intérêts et de vous faire part de ma propre vision du dossier du sexe et du genre dans le contexte changeant de la recherche et des soins de santé. Je veillerai à renforcer la position de l'ISFH en tant que premier institut de financement de la recherche au monde s'intéressant tout particulièrement au genre, au sexe et à la santé.

Cara Tannenbaum, directrice scientifique de l'ISFH

Date de modification :