Réaction des IRSC à la pandémie de grippe H1N1 - Questions et réponses

Que font les IRSC en réponse à la pandémie?

Au cours des trois dernières années, les IRSC ont augmenté le financement qu'ils accordent à la recherche liée aux pandémies et continueront de soutenir ce travail important avec leurs partenaires. En plus, les IRSC ont pris un certain nombre de mesures en réponse à la situation actuelle en matière de santé publique, notamment :

  1. Le 27 avril, les IRSC ont convoqué une réunion urgente du groupe de travail de l'Initiative de recherche stratégique sur la capacité d'intervention en cas de pandémie (IRSCIP) créé en 2006 pour donner des conseils sur la façon de renforcer la réponse de la recherche aux pandémies du Canada en matière d'éclosions virales. Le groupe de travail de l'IRSCIP se réunit régulièrement pour examiner les stratégies de recherche et s'adapter à l'évolution des enjeux. Le mandat du groupe de travail renferme les objectifs suivants : formuler des recommandations sur nos priorités stratégiques en recherche et sur les mécanismes requis pour appuyer ces secteurs prioritaires; faciliter l'établissement de liens de recherche; trouver des partenaires et obtenir le financement nécessaire aux activités de recherche. Voici les membres du groupe de travail sur l'éclosion de la grippe H1N1 et leurs secteurs de compétence respectifs :

    • Mark Loeb (président), Conseil consultatif de l'IMII des IRSC, professeur à l'Université McMaster
      Expertise : épidémiologie de l'influenza, essais contrôlés randomisés, recherche sur les services de santé, santé des populations, surveillance de l'influenza, épidémiologie d'observation, pneumonie, études de cohorte.

    • Luis Barreto, vice-président, Affaires publiques, Sanofi-Pasteur Ltée. et membre du conseil consultatif de l'Institut
      Expertise : épidémiologie, maladies infectieuses, vaccins, essais cliniques

    • Earl Brown, professeur, Université d'Ottawa
      Expertise : Virus de la grippe, pathogénèse virale, pneumonie virale, génétique virale, modèles animaux (souris), réponse à l'interferon, fusion, spécificité des récepteurs, virus à ARN, biologie moléculaire, réovirus

    • Robert Brunham, directeur, Centre de lutte contre les maladies, Université de la Colombie-Britannique
      Expertise : épidémiologie, immunologie des maladies infectieuses, santé publique, biologie des populations, modélisation mathématique.

    • Mike Drebot, chef, Zoonoses virales, Laboratoire national de microbiologie, Agence de la santé publique du Canada
      Expertise : zoonoses, génétique microbienne, diagnostic des maladies émergentes

    • Scott Halperin, directeur, Centre canadien de vaccinologie, Université Dalhousie
      Expertise : épidémiologie des vaccins, immunisation, essais cliniques, Bordetella pertussis, vaccin contre la grippe; vaccin méningococcique

    • Jeff Kwong, scientifique, Institut de recherche en services de santé
      Expertise : épidémiologie, santé publique, recherche sur les services de santé, épidémiologie de la grippe, médecine familiale, épidémiologie des vaccins

    • Ross Upshur, directeur, Unité de recherche sur les soins primaires, Centre des sciences de la santé Sunnybrook
      Expertise : épidémiologie des maladies respiratoires, recherche sur les soins primaires, éthique en santé publique, éthique clinique, méthodes qualitatives, philosophie de la médecine.

    • Bhagirath Singh (membre d'office), directeur scientifique, Institut des maladies infectieuses et immunitaires des IRSC (IMII des IRSC).

     

  2. Nous accélérons le processus d'examen, d'approbation et de financement de la recherche jugée déterminante pour répondre à une éclosion. Nous avons désigné des chefs d'équipe et mis sur pied deux équipes de recherche spéciales qui préparent dans le détail les efforts de recherche proposés. Voici les deux chefs d'équipe et leurs priorités : Dr Guy Boivin, Université Laval (réseau national de caractérisation de l'évolution du virus de l'influenza et de la prédisposition antivirale) et Dr Babak Porbohloul, Université de la Colombie-Britannique (modélisation mathématique). De plus, les IRSC viennent de lancer une nouvelle possibilité de financement dans le cadre du programme Catalyseur axée principalement sur la pandémie de grippe H1N1 de 2009. La date limite de présentation des demandes est le 10 août 2009. Pour de plus amples renseignements, consultez les détails concernant la possibilité de financement.

  3. Les IRSC ont demandé des rapports sur les projets financés, des plans de recherche sur l'éclosion ainsi que tout résultat pouvant être transmis aux intervenants de première ligne. Nous organisons des conférences téléphoniques sur les questions prioritaires afin de faciliter la collaboration et la coordination scientifique ainsi que le partage d'échantillons et de réactifs.

  4. Les IRSC ont réagi rapidement en créant, en collaboration étroite avec l'ASPC, un réseau national de recherche, qui se concentrera sur l'évaluation de vaccins antipandémiques. Le Réseau de recherche sur l'influenza de l'ASPC et des IRSC, qui a obtenu un financement de 10,8 millions de dollars du gouvernement du Canada, aidera à faire en sorte que les Canadiens aient accès rapidement à un vaccin contre la grippe H1N1. Le Dr Scott Halperin, directeur du Canadian Centre for Vaccinology à Halifax, dirigera le Réseau, qui mettra en relation plus de 80 chercheurs dans 30 établissements universitaires et de santé publique partout au Canada. La ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, a fait l'annonce de ce financement le 5 juin dernier à Toronto.

Quelles sont les leçons tirées de la crise du SRAS qui pourraient être utiles dans la situation actuelle?

La crise du SRAS en 2003 nous a enseigné de nombreuses leçons importantes sur la façon de se préparer à l'éclosion d'une maladie et d'y réagir. En 2003, des chercheurs ont mis sur pied une équipe d'intervention rapide pour faire face à cette menace et, dans un temps record de 11 semaines, ont réussi à séquencer le génome du coronavirus, un exploit sans précédent qui témoigne de la vigueur de la recherche canadienne.

Cette information a été extrêmement utile dans la détermination de cibles possibles pour un vaccin. L'expérience nous a également appris l'importance de preuves scientifiques solides pour contenir des menaces comme les pandémies. Dans le budget fédéral de mai 2006, le gouvernement du Canada a annoncé un investissement de 21,5 millions de dollars sur cinq ans pour aider les IRSC à soutenir la recherche sur la grippe pandémique. Depuis, les chercheurs ont réalisé des travaux de recherche dont les résultats seront utiles dans la situation actuelle.

Quel genre de recherche les IRSC financent-ils dans le domaine des pandémies?

Les fonds investis par les IRSC au nom du gouvernement du Canada ont soutenu 146 projets de recherche sur les pandémies et la grippe. Forts de leur expérience tirée de la crise du SRAS et de leur vaste réseau de partenaires, les IRSC abordent la menace de pandémie selon une approche globale. Dans le cadre de l'Initiative de recherche stratégique sur la capacité d'intervention en cas de pandémie, des chercheurs des quatre coins du pays se livrent à des recherches sur différentes priorités, notamment :

  • vaccins/immunisation
  • biologie du virus
  • dépistage
  • prévention
  • traitement
  • recherche sur les aspects éthiques, juridiques et sociaux

Pour plus de détails sur les résultats de la recherche soutenue par les IRSC, voir les résumés de projets de recherche liés à la capacité d'intervention en cas de pandémie.

Que font les IRSC pour s'assurer que les résultats de la recherche sur la grippe pandémique sont connus et utilisés?

Le 8 juillet 2009, les IRSC et leurs partenaires se sont réunis à l'occasion d'une Rencontre canadienne sur la capacité d'intervention en cas de pandémie : Réponse de la recherche à l'éclosion de la grippe H1N1. L'événement a rassemblé des chercheurs, des responsables de la santé publique et des décideurs canadiens qui ont discuté particulièrement des mesures à adopter par rapport à la pandémie, à la mise au point d'un vaccin et aux préparatifs avant la prochaine saison grippale.

C'est dans le cadre de réunions comme celles-ci que les responsables de la santé et les décideurs obtiennent les renseignements dont ils ont besoin pour établir des politiques et des procédures éclairées et fondées sur des données probantes qui leur seront utiles cet automne et lors d'éclosions futures de la maladie. Les IRSC ont aussi préparé des résumés vulgarisés des projets de recherche sur les pandémies financés par les IRSC afin que la population et d'autres parties intéressées puissent comprendre les résultats de cette recherche (Résumés de projets de recherche liés à la capacité d'intervention en cas de pandémie).

Quelles sont les prochaines étapes?

Les IRSC continuent de collaborer très étroitement avec le milieu de la recherche pour répondre à l'éclosion, tout en soutenant la recherche de calibre mondial sur les maladies infectieuses et en exerçant le leadership nécessaire pour répondre aux nouveaux enjeux en santé comme celui-ci.

Date de modification :