Avancement de la pratique infirmière en Colombie-Britannique

Marjorie MacDonald, inf. aut., Ph.D., École des sciences infirmières, Université de Victoria
Heather Davidson, Ph.D., ministère des Services de santé de la Colombie-Britannique
Rita Schreiber, inf. aut., D. Sc.I., École des sciences infirmières, Université de Victoria
Jane Crickmore, inf. aut., MPA, ministère des Services de santé de la Colombie-Britannique
Lesley Moss, M.A., Vancouver Island Health Authority
Janet Pinelli, inf. aut., D. Sc.I., Université McMaster
Sandra Regan, inf. aut., M. Sc.I, College of Registered Nurses of British Columbia
Bernadette Pauly, inf. aut., M. Nurs., École des sciences infirmières, Université de Victoria

Ce projet regroupait une équipe de chercheurs et de décideurs pour effectuer une recherche sur les politiques afin d'appuyer l'introduction de rôles de pratique infirmière avancée en Colombie-Britannique. Tous les membres de l'équipe, notamment les décideurs, ont joué un rôle actif dans la conceptualisation, la conception, la collecte de données, l'analyse et l'interprétation de l'étude. Ce niveau d'engagement, associé à des activités continues d'application des connaissances (AC), a permis l'application d'une majorité des recommandations de l'étude par les intervenants. Depuis, les résultats de l'étude ont servi à l'élaboration de lois et de règlements et à la conception d'un programme d'enseignement de la pratique infirmière.

Contexte

En 2001, nous avons obtenu une subvention de la Fondation canadienne de la recherche sur les services de santé (FCRSS) pour étudier les possibilités et les défis associés à la pratique infirmière avancée (PIA) en Colombie-Britannique. Nous avons constaté que les infirmières qui jouent un rôle de PIA offrent une continuité appropriée et rentable des soins1,2. Toutefois, l'adoption généralisée de la pratique infirmière avancée a été gênée par une confusion et des débats marqués autour des définitions, des rôles et des fonctions et à propos des compétences requises, des milieux de pratique, des années de scolarité, des titres de compétence, des règlements et des lois3.

Ce projet avait pour objectif de réunir chercheurs et décideurs pour faire une recherche sur les politiques afin d'appuyer l'introduction de nouveaux rôles de PIA, dont celui d'infirmière praticienne, en Colombie-Britannique. Nos objectifs de recherche étaient les suivants : mieux comprendre la PIA et les rôles connexes dans le système de soins de santé; déterminer l'état actuel de la PIA en Colombie-Britannique; relever les lacunes dans les services de soins de santé qui pourraient être comblées par l'expansion ou l'introduction de nouveaux rôles infirmiers; explorer et décrire les modèles de PIA dans d'autres territoires; préciser les obstacles à la mise en oeuvre de nouveaux modèles de prestation des services infirmiers en Colombie-Britannique; et en fonction de l'analyse mentionnée ci-dessus, déterminer et recommander des orientations politiques futures pour les nouveaux rôles et modèles infirmiers en Colombie-Britannique.

L'équipe de recherche, réunie par le ministère de la santé de la Colombie-Britannique, comprenait des chercheurs, des enseignants, des décideurs du gouvernement et des autorités sanitaires et des organismes de réglementation des soins infirmiers. Un groupe consultatif, qui a donné des conseils et des commentaires sur les méthodes et les conclusions de la recherche, était formé de représentants du public et d'autres professionnels de la santé (sages-femmes, médecins, pharmaciens) et d'autres organismes clients (aînés, Direction générale de la santé des Premières Nations et des Inuit, British Columbia Nurses' Union).

La stratégie de financement de la FCRSS exigeait des arrangements de cofinancement - comptant et non financier - de diverses sources nationales, provinciales et locales. Nous avons ainsi été financés par le Fonds de recherche en sciences infirmières, la B.C. Health Research Foundation, le ministère de la santé de la Colombie-Britannique, la Registered Nurses Association of B.C., la région sanitaire de la capitale à Victoria (maintenant Vancouver Island Health Authority) et l'Université de Victoria. Certains organismes de financement ont également agi comme partenaires de recherche et représentants attitrés de l'équipe de recherche.

L'initiative d'AC

Tous les membres de l'équipe (notamment les décideurs) ont joué un rôle actif dans le projet tout au long de l'étude, depuis la conceptualisation et la conception jusqu'à la collecte de données, l'analyse et l'interprétation.

Notre étude a été effectuée en trois phases et nos objectifs d'AC ont été intégrés directement au processus de recherche. Tous les membres de l'équipe (notamment les décideurs) ont joué un rôle actif dans le projet tout au long de l'étude, depuis la conceptualisation et la conception jusqu'à la collecte de données, l'analyse et l'interprétation.

Durant la phase 1, nous avons recueilli des données en consultant et en interviewant par téléphone des infirmières occupant divers postes dans différents milieux afin de déterminer comment elles voyaient la PIA et comment les infirmières exerçant un rôle de PIA étaient réparties en Colombie-Britannique. Un sondage par courrier électronique a été réalisé auprès d'employeurs afin de cerner leur compréhension de la PIA et de définir les priorités et les lacunes en matière de services de santé et de voir s'il serait possible d'intégrer de nouveaux rôles de PIA dans leur organisme.

Durant la phase 2, nous avons effectué cinq études de cas sur les modèles de PIA dans d'autres territoires afin de comprendre la nature et les avantages de la pratique avancée et de déterminer la faisabilité des divers modèles de services en Colombie-Britannique.

La phase 3, qui englobait également notre principale activité d'AC, a pris la forme d'un laboratoire provincial d'idées auquel près de 100 intervenants clés ont participé pour discuter des conclusions préliminaires de la recherche et faire des recommandations en matière de politiques. Ce laboratoire d'idées n'a pas seulement fourni d'importantes données pour la phase 3; il a également permis de présenter les conclusions préliminaires à un vaste auditoire d'intervenants et de vérifier la validité et la pertinence de nos résultats pour documenter les recommandations en matière de politiques.

Les décideurs et les chercheurs faisant partie de l'équipe ont fait des entrevues et des observations; ils ont également participé activement à l'analyse et à l'interprétation des données recueillies. Nous avons appris par d'autres équipes de recherche subventionnées dans le cadre du même concours de la FCRSS qu'il est inhabituel que les décideurs prennent part à toutes les phases d'une recherche. Nous croyons que ce niveau de participation a contribué à l'utilisation féconde de nos conclusions de recherche.

Nos partenaires décideurs ont également assumé un rôle de leadership dans l'élaboration d'un plan et de stratégies d'AC répondant aux besoins en information et aux mécanismes de communication privilégiés par nos auditoires. Nous avons réalisé d'autres activités d'AC :

  • présentation périodique d'un rapport d'étape aux cadres supérieurs de tous les organismes partenaires;
  • présentation de rapports intérimaires et finals à plusieurs auditoires, dont le Comité consultatif fédéral-provincial-territorial sur les ressources humaines en santé et l'ensemble des organismes membres;
  • création d'un site Web présentant la description des projets, des mises à jour périodiques, des rapports de projet, des liens vers d'autres ressources et un mécanisme de rétroaction pour les visiteurs;
  • présentations par l'équipe de recherche devant divers organismes partenaires, dont le ministère et des tables rondes d'employeurs.

Le groupe consultatif du projet a également été un important vecteur d'AC, grâce à une communication continue et à sa capacité à diffuser de l'information par ses réseaux. Le groupe consultatif a aussi participé au laboratoire d'idées.

Résultats de l'initiative d'AC

Nos stratégies d'AC ont permis un ralliement important des intervenants et la mise en oeuvre d'une majorité de recommandations de l'étude au cours des deux années suivantes. Les résultats ont servi directement de façon instrumentale4 pour élaborer des normes sur les compétences et les pratiques des infirmières praticiennes, pour guider la rédaction de lois et de règlements et pour l'élaboration d'au moins un programme d'enseignement de la pratique infirmière. Jusqu'à ce jour, cinq articles basés sur l'étude ont été publiés5-9.

L'utilisation instrumentale des conclusions de recherche, définie comme une réaction à la recherche de façon spécifique et directe, est rapportée moins souvent dans les publications que l'utilisation conceptuelle ou symbolique4,10. Même si nous n'avions pas de plan officiel pour évaluer les stratégies d'AC, nous avons reconnu que nos indicateurs de réussite incluraient la mise en oeuvre des recommandations de l'étude, ce qui a été fait. De plus, l'ensemble de l'équipe a fait un exercice de réflexion sur les avantages et les difficultés de l'expérience de partenariat.

Enseignements tirés

Les décideurs et les chercheurs travaillent dans un cadre temporel très différent.

Le partenariat de recherche est sans contredit une réussite. Néanmoins, nous avons dû réconcilier nos intérêts divergents par la négociation et la médiation. Les décideurs et les chercheurs travaillent dans un cadre temporel très différent, les premiers étant souvent soumis à la pression pour produire des résultats rapides. Entre la rédaction de la proposition de recherche d'origine et son financement, le contexte politique avait changé considérablement; nous avons donc dû produire des données beaucoup plus rapidement.

La tension ressentie entre les chercheurs (qui souhaitaient garder une certaine rigueur scientifique) et les décideurs (qui voulaient de l'information) a en fait permis à chacun de comprendre les approches de l'autre.

Par contre, la tension ressentie entre les chercheurs (qui souhaitaient garder une certaine rigueur scientifique) et les décideurs (qui voulaient de l'information) a en fait permis à chacun de comprendre les approches de l'autre, de même que les exigences et les perspectives de nos différents processus de travail. Les chercheurs de l'équipe ont parfois été frustrés de se faire demander d'accélérer l'étude mais, par l'éducation, la négociation et l'établissement de priorités, nous avons élaboré des stratégies (p. ex., financement additionnel du gouvernement pour axer la recherche sur des aspects spécifiques de la collecte de données) qui ont su rapidement combler les besoins d'information des décideurs tout en assurant une certaine rigueur scientifique.

Même si les objectifs de recherche avaient été établis clairement, chaque membre de l'équipe avait une vision un peu différente du projet et des motifs différents de s'engager dans le processus de recherche. Ces différences ont ajouté de la profondeur à la recherche mais ont également dû être négociées car elles émergeaient subtilement et créaient des tensions et des divergences d'opinion. L'autonomie et la liberté universitaire sont des valeurs fondamentales au sein des universités. La possibilité de parler ouvertement et franchement est à la fois encouragée et attendue. Dans les organismes partenaires, les décideurs fonctionnent dans un contexte politique qui régit leur travail de façons explicite et implicite et qui peut, à l'occasion, les empêcher d'exprimer leur opinion.

De plus, les mêmes données n'avaient pas la même signification pour tous les membres de l'équipe de recherche. Nous avons donc dû négocier la façon d'interpréter, de rapporter et de diffuser ces données. La situation s'est également compliquée du fait que les universités et les organismes emploient des systèmes de récompenses différents qui ont influé, plus que nous ne l'avions prévu, sur l'orientation que chacun désirait prendre sur des questions données, comme le centre d'intérêt et l'angle à donner à un article de revue.

De plus, les mêmes données n'avaient pas la même signification pour tous les membres de l'équipe de recherche. Nous avons donc dû négocier la façon d'interpréter, de rapporter et de diffuser ces données.

Notre capacité d'aplanir toutes ces différences par la négociation et la médiation est due à plusieurs caractéristiques de l'équipe, notamment :

  • l'engagement ferme de tous les partenaires face à la recherche et aux objectifs du projet;
  • la volonté de compromis des membres de l'équipe;
  • la confiance et le respect de chacun fondés sur des relations antérieures;
  • la compréhension des valeurs et des contraintes des partenaires, grâce au fait que des chercheurs avaient déjà été décideurs et vice-versa;
  • le pouvoir et la responsabilité des décideurs membres de l'équipe de prendre d'importantes décisions, de s'engager et d'honorer leurs engagements.

Conclusions et répercussions

Notre expérience de recherche et nos conclusions ont été largement utilisées par nos propres organismes pour documenter l'élaboration de politiques et de programmes. Nos résultats ont aussi été employés à l'extérieur du partenariat d'origine. Par exemple, l'Association des infirmières et infirmiers du Canada a organisé à l'automne 2005 un forum sur invitation abordant la pratique infirmière avancée, pendant lequel certaines de nos conclusions de recherche ont servi à alimenter la discussion et le débat sur l'orientation de la PIA au Canada. Notre rapport final a été utilisé et cité par d'autres établissements d'enseignement des sciences infirmières pour l'élaboration de programmes d'études supérieures en pratique infirmière avancée. À l'échelle nationale, les conclusions de cette recherche ont alimenté les discussions d'un groupe d'étude sur l'enseignement de la pratique infirmière en matière de soins de santé primaires. Enfin, cette recherche marque le point de départ d'un programme de recherche à long terme auquel participeront de nombreux membres de l'équipe originale.

Références

1. Horrocks, S., E. Anderson et C. Salisbury. 2002. Systematic review of whether nurse practitioners working in primary care can provide equivalent care to doctors. BMJ 324:819-23.
2. Safriet, B. J. 1992. Health care dollars and regulatory sense: the role of advanced practice nursing. Yale J Regul 9:417-88.
3. Bryant-Lukosius, D., A. DiCenso, G. Browne et J. Pinelli. 2004. Advanced practice nursing roles: Development, implementation and evaluation. J Adv Nurs 48 (5): 519-29.
4. Lavis, J. N., D. Robertson, J. M. Woodside, C. B. McLeod, J. Abelson et le groupe d'étude sur le transfert des connaissances. 2003. How can research organizations more effectively transfer research knowledge to decision makers? Milbank Q 81 (2): 221-48.
5. Schreiber, R. et M. MacDonald. 2003. Nurse anesthesia: The time has come. Can Nurse 99 (6): 20-3.
6. Pauly, B., R. Schreiber, M. MacDonald, H. Davidson, J. Crickmore, L. Moss, J. Pinelli, S. Regan et C. Hammond. 2004. Dancing to our own tune: Understandings of advanced nursing practice in British Columbia. Can J Nurs Leadersh 17 (2): 47-57.
7. Schreiber, R., M. MacDonald, B. Pauly, H. Davidson, J. Crickmore, L. Moss, J. Pinelli, S. Regan et C. Hammond. 2005. Singing in different keys: Enactment of advanced nursing practice in British Columbia. CJNL. Online exclusive (June).
8. MacDonald, M., R. Schreiber, H. Davidson, B. Pauly, L. Moss, J. Pinelli, S. Regan, J. Crickmore et C. Hammond. 2005. Moving towards harmony: Exemplars of advanced nursing practice for British Columbia. CJNL. Online exclusive (June).
9. Schreiber, R., M. MacDonald, B. Pauly, H. Davidson, J. Crickmore, L. Moss, J. Pinelli et S. Regan. 2005. Singing from the same songbook: The future of advanced nursing practice in British Columbia. CJNL. Online exclusive (June).
10. Weiss, C. H. 1980. Knowledge creep and decision accretion. Knowledge: Creation, Diffusion, Utilization 1 (3): 381-404.

Date de modification :